Développement de l’agriculture à Dakhla à proximité des hôtels

Développement de l’agriculture à Dakhla à proximité des hôtels

hotel dakhla

Dakhla est l’une des villes les plus attrayantes du Maroc, elle présente de nombreux avantages, surtout pour les personnes qui aiment pratiquer les sports nautiques. Cette ville donne l’occasion de découvrir la mer et le désert, puisque les deux univers sont représentés sur place. Il est prévu d’ouvrir 5 000 ha de terrain pour l’agriculture à Dakhla. Une information que l’on a pu obtenir lors de la FAID, la Foire internationale de Dakhla Oued Eddahab qui a eu lieu du 26 au 29 septembre 2017. Cette édition de la Foire a tenu toutes les promesses faites. L’événement est devenu au fil des années et des éditions une plateforme incontournable pour les différents acteurs du secteur agricole. Les professionnels ont l’opportunité de se rencontrer, ainsi que d’entrer en contact avec les intervenants nationaux et même étrangers. L’objectif de cette foire est de soutenir le développement en cours de la région qui se positionne actuellement comme un hub sur l’ensemble du continent et qui voit se développer de grands projets structurants. Il était presque inévitable que de nombreuses personnes louent  l’hotel Buenavista Dakhla afin d’assister à cet événement fédérateur et assez particulier.

Le projet agricole portant sur 5 000 ha de terrain à Dakhla

L’un des principaux projets développés lors de cette foire est celui que nous avons déjà mentionné plus haut et qui devrait s’étendre sur 5 000 ha de terrain dans la ville de Dakhla. Un projet qui se développera à proximité des différents hôtels à Dakhla. Ce projet comprendra une zone agricole, une nouvelle voie de circulation express, de nouveaux ports, une station de dessalement de l’eau issue de la mer, de nombreuses infrastructures qui permettront de donner une nouvelle envergure à Dakhla et qui en fera une région intéressante à l’échelle du continent, peut-être même du monde. Le potentiel de la région n’est plus à démontrer, actuellement tous les acteurs du secteur sont en attente de ce projet d’envergure. Ce terrain sera ouvert aux activités agricoles dans le sillage du programme mis en place pour assurer le développement de la région. Avant de se lancer dans le projet, il a fallu mener une étude de faisabilité dont les premiers résultats devaient être disponibles en fin d’année 2017. Pour le moment 16 entreprises d’origine étrangère ont manifesté leur intérêt, ainsi que quelques groupes originaires du royaume. Des entreprises qui souhaitent investir dans la région et y développer leurs activités. Pour le moment les sites qui serviront pour le développement de ce projet sont déjà sélectionnés. Pour le moment la région de Dakhla Oued Eddahab est essentiellement connue pour ses activités dans la pêche, mais elle est aussi spécialisée dans les activités agricoles expérimentales dans les déserts ou plus généralement dans les milieux arides. Parmi les activités les plus en vogue dans la région, nous pouvons citer la production de tomates et de melons sous serre. La production est approximativement de 120 à 220 tonnes par ha. Dans la région, on pratique également l’élevage traditionnel à grande échelle, sur une étendue de 12 millions d’hectares.

Les principales productions agricoles de Dakhla sont exportées à hauteur de 65 000 tonnes par an. Il s’agit essentiellement des tomates, des melons et des cerises. Ces productions sont généralement orientées vers des pays européens, notamment l’Espagne, la France, la Hollande et la Grande-Bretagne. Précisons que la Hollande se positionne dorénavant comme un carrefour de redistribution de produits agricoles vers les autres pays. La plupart des produits exportés le sont par la route, sinon ils sont transportés par voie maritime en transitant par le port de la ville d’Agadir. Au final pratiquement toute la production locale est exportée vers l’étranger. Les produits consommés localement proviennent quant à eux de la ville d’Agadir et de sa région. Résider dans un hôtel à Dakhla lors de la FAID, permet d’avoir une idée de ce qu’est le Siam, puisque les deux événements sont assez semblables. Les participants au salon, qu’ils soient locaux ou étrangers ont pu découvrir les opportunités de la région, mais ils ont aussi pu se rencontrer les uns les autres, une occasion de créer et développer de nouveaux partenariats. Une opportunité également pour eux, de présenter leurs produits et les dernières innovations qui sont les leurs. Parmi les participants locaux, on retrouve principalement des entreprises et des coopératives. Parmi les participants étrangers, on trouve des entreprises originaires d’Europe notamment de la Hongrie, de la France, des USA, de l’Espagne, du Portugal ou des Pays-Bas. Parmi les participants africains, on retrouve principalement le Nigéria.

En marge des expositions et des activités ouvertes au public, des rencontres BtoB ont été initiées au cours de l’événement, mais aussi des visites d’entreprises, de fermes et de sites industriels. Les délégations étrangères étaient nombreuses à représenter leurs pays respectifs, celle venant de Hongrie s’est particulièrement fait remarquer. À l’échelle nationale, environ 60 opérateurs économiques de Casablanca se sont déplacés et ont visité la FAID, les autres villes et régions du Maroc étaient également représentées. Des opérateurs venus d’Agadir, de Marrakech, de Meknès, de Beni-Mellal, de Guelmim, Meknès, Laâyouen, Guelmim, etc. Pendant les trois jours que la foire a duré, plus de 30 exposants étaient présents, ainsi qu’une cinquantaine de coopératives. La foire était déployée sur 3 000 m2 et a regroupé dans le même espace des sociétés leaders dans les équipements agricoles et en agriculture, on y retrouvait aussi des bureaux d’étude, des organismes financiers, des associations, des coopératives proposant des produits du terroir, ainsi que des ONG. Les visiteurs n’ont pas manqué à l’appel, le nombre de locations dans les hôtels à Dakhla a augmenté durant cette période. Les visiteurs originaires de la région, et d’autres régions du royaume étaient également présents. Des personnes essentiellement impliquées dans le secteur agricole, parmi lesquelles des propriétaires de domaines agricoles. Certains des visiteurs portaient leur intérêt sur la zone agricole en projet et ils sont venus s’informer de l’offre disponible en termes d’équipements. Cette foire était véritablement une occasion de faire un bilan sur le secteur agricole au Maroc et de parler des perspectives d’avenir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*